vendredi 6 juin 2008

Impressions d'Inde.


Immeuble a Bombay, la nuit...

A gauche, des porteurs reconnaissables a leur chemise rouge, le train est la, mais les wagons sont ouverts plus tard. La liste des passagers est affichee a chaque entree.


Le retour a Bombay a ete un choc, et pas seulement a cause de notre «comite d'accueil» (voir message precedent). Des la sortie de l'aeroport, on debarque sur une autre planete. Tout est plus intense, exacerbe : la circulation chaotique et infernale, les klaxons (ils montent des trompes de camion sur des motos !), les odeurs (des plus delicieuses : encens, cuisine, aux plus atroces : egouts, urine), les sonos impitoyables diffusant les voix suraigues des chanteuses, les vives couleurs des saris, les gris des facades decrepies et le noir de la crasse... Chaque instant est une experience pour les sens, et marcher dans une ville Indienne devient un jeu video, mais ou l'on n'a qu'une vie ! Attention aux trottoirs mitres de trous menant aux egouts, ne pas trebucher sur les dalles saillantes, eviter les Indiens venant en sens inverse, les mendiants assis par terre et les handicapes se trainant au niveau du sol, les chiens galeux... On ne discute pas en marchant ici ! Pour traverser les rues, on essaie de trouver des locaux pour faire masse, tels les gnous d'Afrique qui franchissent les fleuves infestes de crocos ! En effet, le pieton est en bout de «chaine alimentaire» sur la route car ici, c'est la taille qui compte.
Un matin a Bombay, nous prenons un taxi pour aller a la gare. Etant dans le mauvais sens, le chauffeur entame un lent demi-tour sur l'avenue: pas manque, un scooter est venu s'encastrer (gentiment heureusement) sur le flanc droit du taxi ! Doroth a cru que le conducteur allait passer par la fenetre et atterrir sur ses genoux ! Notre chauffeur, un pepere a barbiche, n'est meme pas sorti ! Il a engueule les deux jeunes, qui sont repartis sans protester, avec leur avant de scooter en vrac... A Kochi, en fevrier, on a meme vu un rickschaw (les petits taxis 3 roues) et une moto se rentrer dedans et chacun de repartir sans meme echanger un mot !!
Bombay est une ville plutot agreable a crapahuter : larges avenues, vieilles demeures coloniales, banques sombres et massives, cinemas art deco, et beaucoup de vegetation... Les arbres tropicaux s'acharnent a delabrer les batiments deja bien fatigues et les locaux n'en gardent pas rancune : ils vont meme jusqu'à ajuster les clotures et les murs pour laisser passer les troncs et les branches !
A suivre...

Une ramasseuse de plastique...

Le cafe Leopold, depuis 1852 a Bombay.

5 commentaires:

brascassé a dit…

hello vous deux

comment dit-on bonjour en indien?
toujours un récit exaltant. j'adore la tournure des phrases, le sens du récit, on est dans l'action à chaque instant, je suis devant mon écran,et je rigole toute seule. j'imagine dodo avec l'indien sur ses genoux, et le brouhaha dans cette ville, et la densité de la foule, et la difficulté pour se frayer un chemin, enfin tout. j'y suis.que du bonheur.
très réussie la photo sur le quai de la gare.
à dans quelques jours, faites attention à vous
gros gros bisous

annick a dit…

attention à vous et gardez les pieds sur terre nous avons besoin de vous surtout si dodo fait ces etudes de medecine speciale cela m'interesse bisous de zenit

Monique du 85 a dit…

bonjour à vous deux,à vous lire on a l'impression d'y être,on imagine très bien ce que vous vivez au jour le jour,on a vu à la télé des images de
b




bonjour à vous deux,à vous lire on a l'impression d'y être,on a déja vu à la télé des images de Bombay mais le vivre en vrai ça doit être quelque chose!ce mélange de beau et de misère,et toute cette animation doit donner le tournis!!à bientôt pour encore des récits que je savoure avec plaisir.bisous à vous deux.

mimicaro a dit…

pour vous accompagner, je cherche dans les brocs des livres sur l'Inde et j'en ai dégoté un sur Bombay "Bombay Victoria", génial, ça recoupe bien votre récit !!!! bises, bonne continuation pour votre voyage

Anonyme a dit…

bien reçu la carte qui nous rappelera vos exploits et vos pérégrinations dignent des premiers découvreurs.
Nous ne nous lassons pas de votre carnet de bord qui déborde de vie et de bonne humeur.
malheureusement tout a une fin et il vous faut revenir en france pour repartir dans une autre direction.
A +++ et bisous

Bernard